Nos engagements responsables
Financement de la croissance verte

Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) définit l'économie verte dans les termes suivants : « une économie verte entraîne une amélioration du bien-être et de l'équité sociale, tout en réduisant considérablement les risques de pénuries écologiques.
Selon cette définition, l'économie verte comprend non seulement des aspects environnementaux (la protection de la planète et des ressources naturelles) mais aussi des aspects sociaux (la création d'activités et d'emplois, l’engagement sociétal …).

De grandes mutations économiques sont déjà en ordre de marche, elles sont corrélées à l’augmentation du prix de l’énergie, à la raréfaction des ressources ou encore à la hausse de l’éco-fiscalité. Loin d’être un frein, cette « révolution verte » crée, au contraire, de nouveaux écosystèmes avec une forte demande d’accompagnement.

Sur ce volet environnemental, le soutien à la croissance verte de la CEAPC réside dans l’accompagnement de tous ses clients vers la transition énergétique, aussi bien pour les acteurs régionaux d’envergure que pour ses clients particuliers.

UN CONTEXTE

En France sur la base du Grenelle II, les pouvoirs publics ont apporté un changement significatif sur l’intégration des énergies renouvelables dans le mixte énergétique français. Leur production a doublé en 12 ans et propulse les régions en tant qu’acteur incontournable de ce changement.

L’Aquitaine se positionne ainsi sur une trajectoire devant permettre d’atteindre une division par 4 des émissions de GES d’ici 2050, par rapport à celles enregistrées en 1990.

Quant à la Région Poitou-Charentes, elle s'est fixée comme objectif de tripler à minima la part des énergies renouvelables dans la consommation régionale d’énergie finale d’ici 2020, soit un objectif plancher de 26% et une ambition de 30 %.

Selon l’Union Française de l’électricité, la place des énergies renouvelables devrait considérablement évoluer dans les décennies à venir. La capacité de production devrait passer 35 gigawatts aujourd’hui à 107 en 2030.

LE GREEN BUSINESS

> Une transition nécessaire
La question du financement est donc cruciale pour relayer les initiatives publiques et accompagner le développement des éco-filières industrielles : recyclage, énergies renouvelables … d’autant plus que le prix élevé des matières premières est un facteur d’accélération des investissements verts. Le rôle de la CEAPC, en qualité de banque régionale, est de soutenir les acteurs du territoire dans ce passage d’une logique d’énergie fossile à une volonté d’énergie renouvelable. Elle est en mesure, par sa propre expertise, d’accompagner tous ses clients à la fois dans le financement de projet de développement « green business » et dans leurs propres projets d’économie.

> Des partenariats

  • Avec les Régions
Le Plan d’Energie Solaire, porté par la région Poitou-Charentes, encourage le développement des programmes de production d’électricité verte : centrales photovoltaïques, électricité d’origine micro-hydraulique, unités de méthanisation ...
C’est dans ce cadre que la CEAPC a participé, entre autres, au financement de 11 projets d’ombrières installées sur des parkings publics à charpente métallique, d’une superficie de 700m² chacun. Les sites sont situés sur les 4 départements de la région Poitou-Charentes.
Outre la production d’énergie solaire, ces installations accueillent des points de recharges de véhicules électriques et s’inscrivent dans le projet de loi sur la transition énergétique.

  • Avec la BEI
La CEAPC est cosignataire du protocole d’accord initié par la Région Aquitaine et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour le financement de projets favorisant les énergies renouvelables.
En 2014, ce partenariat a par exemple permis de financer la construction d’une centrale solaire à Sevignacq (64). Implantée sur un ancien centre d’enfouissement technique dont les activités ont cessé en 2004 après 20 ans d’exploitation, cette centrale solaire composée de 18 000 panneaux photovoltaïques va permettre de valoriser ce site impropre à tout autre usage. Avec 5 500 mégawatt heures, ce parc assurera une production équivalente à la consommation électrique annuelle de 2 000 foyers, soit 5 000 habitants.

> Des filiales expertes

  • Natixis Energeco
Pour les projets de plus grande envergure nécessitant des ressources financières significatives, tels que l’éolien, le biogaz ou la biomasse, la CEAPC bénéficie du savoir-faire de Natixis, filiale du Groupe BPCE, qui porte des initiatives publiques comme privées.

Sa filiale Natixis Energéco, spécialisée dans le financement des énergies renouvelables, intervient dans le secteur du développement durable depuis le milieu des années 90, et a acquis une solide expérience dans le financement de projets liés à ce secteur : éolien, solaire photovoltaïque (centrales au sol et les grandes centrales intégrées au bâti), hydraulique, biomasse, biogaz et méthanisation.

Natixis Energéco propose des solutions de financement en crédit ou crédit bail, regroupant, sous un même contrat, l’ensemble des composantes du projet : l’immobilier (le terrain, les constructions, les aménagements), les équipements et l’incorporel (les assurances, les honoraires...).

Le financement d’un parc de 5 éoliennes situé à Oyré Saint Sauveur (86) est l’un des exemples de collaboration entre la CEAPC et Natixis Energéco.
Ce parc éolien produira environ 23.000.000 kWh par an correspondant à la consommation électrique domestique moyenne d'environ 5.500 foyers, soit l'équivalent de 13.000 personnes sur les deux communes concernées.

  • Valoenergie
Avec sa filiale Valoenergie, la Caisse d’Epargne est devenu en 2012 la première banque à accompagner ses clients dans la valorisation de leurs économies d’énergie.

Depuis 2006, les entreprises, les collectivités territoriales ou encore les bailleurs sociaux peuvent valoriser leurs travaux d’économies d’énergie grâce aux certificats d’économie d’énergie (CEE).
Pour faciliter les démarches de ces acteurs, la Caisse d’Epargne a créé Valoenergie, une filiale dédiée aux CEE. Elle intervient auprès des entreprises, des professionnels de l’immobilier, des associations, des syndics de copropriété souhaitant s’engager dans des projets de maîtrise de l’énergie.

Valoenergie a un rôle incitatif en amont des travaux d’économies d’énergie. Elle aide ses clients à remplir les obligations du Grenelle 2 et les oriente vers les solutions énergétiquement performantes en identifiant, à travers un audit énergétique, les gisements d’économies d’énergie, et en recommandant les actions à entreprendre.
Elle les assiste dans les investissements d’équipements économes en énergie, réalise pour eux la gestion administrative des dossiers, mutualise et valorise au meilleur prix les CEE obtenus.

CÔTÉ PARTICULIERS

Pour la CEAPC, la transition énergétique passe aussi par l’accompagnement de ses clients particuliers dans leur projet de rénovation.

> Une offre de financements responsables
Le secteur du bâtiment est l’un des principaux secteurs énergivores et émetteurs de gaz à effet de serre en France. Les bâtiments résidentiels sont ainsi responsables de 30 % de la consommation énergétique globale et de 16 % des émissions de gaz à effet de serre.
Le meilleur moyen de réduire sa facture énergétique et préserver l’environnement n’est pas de se priver de lumière ou de chauffage. Il s’agit de consommer mieux et différemment.
Améliorer l’isolation, installer un mode de chauffage plus performant … les pistes ne manquent pas pour rendre les bâtiments moins gourmands en énergie.

Ces investissements sont souvent lourds et la CEAPC a choisi d’ encourager les particuliers dans cette voie, notamment avec une gamme complète de prêts « Développement Durable » à des taux préférentiels.

Ces financements sont destinés aux travaux d’économie d’énergie mais aussi à l’achat de véhicules « propres » c’est à dire des véhicules étiquetés A ou B (émission < 120 g de CO2).

> Lutter contre le mal logement

  • Le Microcrédit habitat

La CEAPC, via son dispositif « Parcours Confiance » qui vient en aide aux personnes en situation de risque d’exclusion bancaire, propose le microcrédit habitat.
Celui-ci a pour vocation de financer les travaux du logement dans le cadre de la précarité énergétique ou de l’insalubrité, mais aussi les travaux de mise aux normes ou encore d’adaptation ou d’accessibilité pour les personnes âgées ou handicapées.

En savoir plus

  • Un partenariat avec « les bâtisseurs de solidarité pour l’habitat »

La CEAPC et les PACT Habitat et Développement de la Gironde, de la Dordogne, de la Charentes et de la Vienne ont signé une convention de partenariat destiné à lutter contre la précarité en matière de logement.

Les PACT, reconnus pour leur lutte contre le mal logement, appuient désormais leur accompagnement des ménages à très faibles ressources, sur le dispositif Parcours Confiance de la CEAPC et son offre de Microcrédit Habitat;