Nos engagements responsables
Bibliothèque des Actualités

REVERSE MENTORING

Bordeaux – 2 février 2018

Pour accompagner son plan de transformation digitale, la CEAPC n’hésite pas à multiplier les expériences et à convier ses collaborateurs à l’heure du numérique. Des genius bars réguliers pour l’acculturation, au condensé 3.0 de la digital week organisée au sein de son siège Atlantica, l’encadrement de la Caisse régionale expérimente aujourd’hui avec ses digital natives, le reverse mentoring.

Difficile de parler de la genèse de cette dynamique de tutorat inversé. On s’accorde pour attribuer sa paternité à Jack Welch, Pdg de General Electric en 1999. En sollicitant un jeune collaborateur « digital native », pour être son mentor sur les sujets du numérique, il est devenu l’un des hommes d’affaires les plus actifs sur les réseaux sociaux, avec 1,3 million d’abonnés sur Twitter. Il a démultiplié le concept auprès des 500 cadres de son entreprise et les bénéfices ont rapidement fait des émules. Depuis, les exemples de programmes dans d’autres entreprises fleurissent : Natixis, Orange, Total, SNCF, Société Générale…

« To B’digit » conjugué à toutes les personnes
Dans le cadre d’une politique RH vertueuse, on veille volontiers à la bonne intégration des jeunes embauchés au sein des entreprises. Ces missions tutorales sont généralement dévolues aux managers ou aux salariés séniors ; une dynamique assez naturelle pour transmettre avec bienveillance les savoir-faire et la culture d’entreprise aux nouvelles générations. S’il est communément admis que les ainés sont légitimes pour accompagner, guider et transmettre leurs connaissances, la tendance inverse est plutôt nouvelle et n’apparaît pas toujours comme une évidence.
Pourtant, cette pratique d’un nouveau genre répond parfaitement à la question intergénérationnelle du numérique. Le tutorat inversé crée du lien, décomplexe et participe efficacement à l’acculturation au digital.

La génération Y aux commandes
Blockchain, big data, bitcoin … une nouvelle forme d’érudition est née ! Les détenteurs de ce savoir sont reconnus pour leur maîtrise de ces nouveaux codes, de ce nouveau langage qui les connectent directement à l’économie de demain.
Longtemps réservé à la communauté geek, l’univers du digital s’est infiltré dans notre quotidien et l’utilité de ses déclinaisons appliquées ne fait plus aucun doute aujourd’hui. Pour la génération Y, les questions du digital ne sont pas un sujet. Applis, réseaux sociaux, développements sont autant de prolongement d’eux-mêmes, une manière simple et rapide d’augmenter leur réflexion, de nourrir leur point de vue, de le partager.

Gagner quelques années en quelques heures …
Bernard Durand, DRH à la CEAPC, mentoré, donne son éclairage :
« A mon sens, le reverse mentoring est une véritable opportunité de casser les codes et les habitudes. Il s’agît de renforcer la notion de partage dans l’entreprise, en sortant du schéma descendant et en inversant les rôles : aujourd’hui, l’équipier peut former son hiérarchique. Quand l’expertise, particulièrement en matière de digital, est à quelques portes de bureau, il faut apprendre à décloisonner.

Bernard Durand, DRH et Véronique Derouault-Tirel, Responsable Unité Expertise Flux - Services Bancaires Pro BDR

J’expérimente moi-même cet enseignement transverse et je mesure déjà, après seulement deux sessions, son efficacité. L’heure de partage avec ma « reverse mentor » est entièrement consacrée aux interrogations qui sont les miennes d’un point de vue numérique, dans l’exercice de mes missions. Les lister en amont de notre rencontre, passer un bon de commande pour la session suivante, digérer les informations et les mettre en œuvre au quotidien … voilà une cadence empreinte de vélocité !
Cette approche collaborative du digital est très positive. C’est pour moi une expérience qui rime avec envie, plaisir, entraide et surtout qui apporte un vrai plus, immédiat ».

En phase pilote aujourd’hui, cette démarche sera très certainement déployée plus largement au sein de la Caisse régionale. Avant tout, le carburant de cette impulsion doit rester le même : simplifier et être utile.


En savoir plus sur le plan de transformation digitale de la CEAPC

Retour