Nos engagements responsables
Bibliothèque des Actualités

CSLR : UNE FENÊTRE SUR L’EMPLOI !

Bordeaux – 30 novembre 2017

Acteur majeur du rayonnement économique local, la CEAPC soutient les ambitions des grands décideurs en région. Grâce à son Compte Sur Livret Régional (CSLR), elle collecte des fonds auprès des particuliers, et les réinvestit en région pour soutenir la création d’emplois. En témoigne le Groupe Millet (79), spécialisé dans la menuiserie industrielle, qui a bénéficié d’un financement de 5 millions d’euros et recruté 20 collaborateurs…

Epargner pour favoriser l’emploi en région : tel est l’objectif du Compte Sur Livret Régional (CSLR) de la CEAPC. Lancé en 2014, ce dispositif s’adresse aux clients de la CEAPC, soucieux de donner du sens à leur épargne. Son principal atout ? 100% des fonds collectés sont investis sur le territoire en vue de financer des projets locaux favorisant l’emploi. Un produit à « double entrée » donc, qui permet d’une part d’épargner de façon responsable et d’autre part de soutenir les ambitions des acteurs régionaux par l’octroi d’un Crédit de Développement Régional (CDR) à taux bonifié.
Depuis sa création, 4088 CSLR ont été souscrits en Aquitaine Poitou-Charentes, ce qui représente une collecte d’environ 72 millions d’euros. Grâce aux fonds collectés, la CEAPC est à même d’accompagner les grands acteurs de l’économie locale dans leurs initiatives en faveur de l’emploi.

Financement de 8 robots de fabrication
C’est le cas du Groupe Millet, un des leaders nationaux de la menuiserie industrielle. Créée en 1946 à Beaulieu-sur-Bressuire (79), cette entreprise familiale fabrique des portes, fenêtres et façades à ossature bois et emploie plus de 700 collaborateurs sur 5 sites de production, dont un à La Réunion.

 

Groupe Millet (79)

« Le Crédit de Développement Régional octroyé par la CEAPC entre dans un vaste programme d’investissement de 12 millions d’euros, afin de financer une nouvelle ligne de production de menuiseries en métal », explique Fabrice Millet, Directeur Général du groupe. Présentée au dernier salon Batimat, cette innovation majeure a nécessité plus de 2 ans de recherches dans le département R&D du groupe. Plus fine et plus robuste, cette menuiserie nouvelle génération offre aussi un clair de jour plus important. Un véritable atout sur le marché de la rénovation. « Le CDR de 5 millions d’euros sur une durée de 7 ans, nous permet non seulement de financer le prototypage R&D mais aussi d’investir dans 8 robots de fabrication, afin d’automatiser la production.» Grâce à cette innovation, l’entreprise Millet, qui fabrique environ 200 000 fenêtres par an, compte augmenter sa capacité de production de 40 000 fenêtres, sur les 3 ans à venir.

20 nouveaux collaborateurs
Si le CDR concourt au développement du groupe, il a aussi permis le recrutement de 20 nouveaux collaborateurs en CDI dans les 6 derniers mois, pour soutenir la montée en puissance du groupe.

Fabrice Millet
« Ce dispositif d’épargne, au service de l’économie locale et de l’emploi, est une démarche qui a du sens pour nous, souligne Fabrice Millet.
Avant même de pouvoir prétendre au CDR de 5 millions d’euros, nous avions rempli notre obligation de recruter 20 personnes, principalement des commerciaux, du personnel administratif et des opérateurs.
En ce moment, notre activité est en pleine progression et nous nous apprêtons à embaucher 40 ou 50 nouveaux opérateurs sur 2018, pour répondre au niveau de commandes actuelles.»

Une relation basée sur la confiance
En 60 ans d’existence, la petite entreprise créée par Camille Millet, artisan menuisier-ébéniste, a donc bien grandi, en misant sur sa capacité d’innovation sans jamais perdre de vue son ADN. Présent sur le marché de la rénovation (60%) et du neuf (40%), le groupe vend aujourd’hui ses fabrications dans 4 réseaux de distribution : les grandes surfaces de bricolage, les artisans, le négoce et les entreprises générales du bâtiment.
« Nous avons la chance d’être accompagné par la CEAPC, qui nous a toujours soutenus à 100 %, dans toutes les périodes de l’entreprise. Banquier principal pour tous nos flux quotidiens, la Caisse d’Epargne a su répondre à nos besoins d’investissement, de façon réactive et professionnelle, avec un dispositif gagnant-gagnant qui permet à l’entreprise de bénéficier de crédits à taux bonifiés, en contrepartie de recruter du personnel en CDI. C’est une approche éthique et responsable qui correspond à nos valeurs et notre philosophie. »

« Le Compte sur Livret Régional est ouvert aux personnes physiques et morales sans but lucratif (associations). Une personne ne peut détenir qu’un seul Compte sur Livret Régional au sein d’une même Caisse d’Epargne. Les intérêts du Compte sur Livret Régional sont soumis aux prélèvements sociaux effectués par la Caisse d’Epargne à la date de leur inscription en compte, aux taux en vigueur à cette date. Le solde du Compte sur Livret Régional ne peut être inférieur à 10 euros. Versements et retraits minimum de 10€. Les fonds collectés dans une région sont alloués aux projets de cette même région. »

 

Une nouvelle offre responsable
Plus globalement, le Crédit de Développement Régional s’inscrit dans la nouvelle offre bancaire responsable de la Banque de Développement Régional (BDR) de la Caisse d’Epargne, qui devrait voir le jour en 2018. Destinée aux entreprises, collectivités et associations, cette offre est composée de produits et services vertueux qui visent à accompagner les acteurs régionaux dans la mise en œuvre de leur politique de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE). Parmi les produits, notons le financement participatif, les Fonds ISR, l’ingénierie sociale (Compte Epargne Temps, titres de service…), les Offres d’assurance et de prévoyance ou encore les crédits pour le financement de véhicules verts à la vente ou la location pour les flottes d’entreprise.

 

A propos du CDR, P Dufour membre du Directoire CEAPC, sur Radio classique

En savoir + sur la Banque de Développement Régional

En savoir + sur l’entreprise Millet

Retour